5 ingénieures qui ont marqué le génie

5 ingénieures qui ont marqué le génie

Martha Coston (1826 – 1904)

Martha Coston a développé les fusées de signaux utilisées aujourd’hui par la marine américaine. Grâce à son invention d’un système de signalisation, elle a sauvé des vies durant la guerre civile alors que les navires pouvaient éclairer la terre et la mer pour déterminer leur localisation.

Cette invention avait été entreprise par son défunt mari. Elle y a ajouté des composants pyrotechniques : des étincelles multicolores de longue durée. Elle a obtenu le brevet en 1859, que la marine lui a acheté pour 20 000$.

Edith Clarke (1883-1959)

Cette ingénieure pionnière était au premier plan pour avoir apporté des concepts d’ingénierie électrique à la construction de barrages. Elle a obtenu la distinction d’être salariée après deux années de travail, chose peu commune pour une femme de l’époque. Elle a remporté des prix pour ses travaux et un brevet pour l’invention d’une calculatrice spécialisée (Clarke Calculator), un dispositif utilisé pour résoudre les problèmes de la ligne de transmission d'énergie.

En 1918, elle est devenue la première femme à obtenir un diplôme en génie électrique du MIT. Elle a travaillé pour General Electric de 1919 à 1945 et a enseigné l'ingénierie électrique à l’Université du Texas pendant 10 ans, faisant d’elle la première femme enseignant dans cette discipline aux États-Unis.

Mary Walton (? - ?)

Inventrice et pionnière dans la lutte contre la pollution, peu de la vie de Mary Walton est connu. À savoir comment elle a pu exceller dans l’ingénierie de l’environnement sans formation spécifique et bien avant que ce domaine spécialisé ait vu le jour. Elle avait l’habitude de résoudre des problèmes de l’ère industrielle en produisant des modèles et en les expérimentant chez elle.

Avec une explosion de la fabrication, de la fumée et de la pollution, l’épuration de l’air est devenue une préoccupation du milieu et de la fin du 19e siècle. Aux alentours de 1879, Walton est arrivée avec un système pour amortir certaines émissions avant qu’elles soient libérées dans l’air en les déviant dans les eaux usées plutôt qu’en vapeur ou en fumée.

Après avoir sécurisé son invention sous un brevet, elle a travaillé sur la pollution sonore dans son sous-sol de Manhattan en développant un prototype brut pour étouffer le bruit des trains de ville. Elle a vendu son brevet au New York City Metropolitan Railroad. D’autres chemins de fer à l’échelle nationale ont adopté des systèmes similaires.

Emily Warren Roebling

Alors que son mari est devenu paralysé, Emily Warren Roebling est devenue femme ingénieure en chef dans la construction du Brooklyn Bridge. Une plaque a été placée sur le pont en leur honneur.

Originalement avocate, elle a communiqué les informations aux ouvriers apprenant graduellement le métier d’ingénieur civil.

Lorqu’on a voulu remplacer son mari pour la direction du projet, elle a bien su le défendre auprès de l’American Society of Civil Engineers (ASCE).

Lillian Gilbreth (1878-1972)

Lillian Gilbreth était pionnière dans l’ingénierie industrielle et dans la psychologie. Elle a travaillé pour General Electric afin d’améliorer la conception des cuisines et des appareils ménagers.

Fait cocasse, apparemment, elle cuisinait mal. Elle a accompli de grandes choses en étant mère de 12 et travaillait à trouver des façons d’être plus efficace au foyer.



Pour enrichir votre lecture, découvrez 10 ingénieurs qui ont marqué l'histoire du génie.

Solvej Houle-Bourassa Stratège - Contenu média

UN GRAND PAS VERS LA THÉRAPIE GÉNIQUE OCULAIRE NON VIRALE GRÂCE AU LASER ET À LA NANOTECHNOLOGIE

Plus bas soumissionnaire et contrats publics : le gouvernement retire son projet de règlement

Le véhicule solaire Esteban 9 de Polytechnique Montréal se qualifie pour l’American Solar Challenge

Communiqué émis par l'Association des firmes de génie-conseil- Québec (AFG)

Afficher Plus de Nouvelles

Alerte Emplois